L’heure du changement

Ce qui est différé n’est pas perdu : la transition vers des formats de données conformes à la norme ISO 20022 dans les paiements aura lieu – mais un an plus tard. Elle engendre d’autres changements, notamment pour SWIFT. La plateforme pour la gestion des transactions (Transaction Management Platform ou TMP) prévue dans ce contexte a pour objectif de rendre les flux de paiements internationaux plus transparents et plus rapides. Mais ces systèmes centraux sont-ils suffisamment sécurisés ? Y a-t-il des alternatives ? 

Une plateforme de données centralisée comme objectif de développement

Les systèmes de paiement sont au cœur de l’infrastructure financière. Une défaillance, comme celle de TARGET2 l’année dernière, est grave et, à juste titre, a causé des remous. Le report de la transition vers des formats de données XML conformes à l’ISO 20022 des paiements européens n’est pas lié à cela, mais il offre bien sûr aux institutions financières le temps d’agir. Ces dernières peuvent en avoir besoin, car avec le changement de format, d’autres choses sont également en train de changer. Avec la TMP, SWIFT a annoncé la mise en place d’une plateforme de données centrale pour les paiements internationaux, basée sur XML. 

L’enregistrement centralisé de toutes les données de transaction permet à toutes les parties impliquées dans le processus d’y accéder à tout moment. Pour SWIFT, il s’agit d’un changement de paradigme, qui l’éloigne du simple agent d’informations pour devenir un fournisseur de services logistiques de paiement à part entière. La solution de plateforme présente un certain nombre d’avantages :

  • La réduction des interfaces
  • Aucune perte de données entre les différentes stations
  • Une grande transparence pour toutes les parties concernées
  • Plus grande sécurité de manipulation
  • Plus d’offres de services

Pas d’introduction sans risques

Toutefois, l’introduction de la TMP comporte également quelques risques. Tout d’abord, il y a une possible défaillance du réseau SWIFT. Dans le pire des cas, tous les ordres d’une période donnée ont été perdus avec la TMP centrale. Les inquiétudes des institutions financières concernant le risque de défaillance en un point unique ne peuvent pas être écartées. Quant à la confidentialité des données, il convient de tenir compte du fait que les États-Unis ont déjà exigé des droits d’accès directs aux données du centre de données américain SWIFT. En réponse, SWIFT a construit un site en Suisse, entre autres.

Existe-t-il des alternatives à SWIFT ?

En principe, oui – mais le choix est limité : les candidats potentiels sont des réseaux de paiement sur Internet tels que Ripple. Les premières grandes institutions financières utilisent déjà le système en mode test. Les monnaies numériques des Banques centrales (Central Bank Digital Currencies) ne sont pas encore prêtes pour le marché, mais elles constituent certainement une alternative possible à l'avenir. L’e-Renminbi en Chine est déjà testé dans certaines provinces, et la couronne suédoise électronique a récemment commencé ses opérations de test. La BCE devrait suivre ce mouvement avec l’euro numérique.

Les systèmes transfrontaliers de règlement brut en temps réel (Real Time Gross Settlement, RTGS) méritent également d’être pris en considération. Cependant, ces systèmes n’existent pas si souvent ou, comme le SEPA, sont fixés sur une seule monnaie. Enfin, il existe des schémas de collaborations spécifiques créés comme des alternatives à SWIFT, tels que le Support of Trade Exchange (INSTEX). Ce système européen a été conçu expressément pour le commerce avec l’Iran. La Chine a pris un chemin similaire avec le CIPS. Le Visa B2B Connect fonctionne d’une manière totalement différente, mais en principe il repose également sur la coopération des institutions financières concernées. En Europe, le service est actuellement disponible dans certains pays.

Mais même une solution de SWIFT utilisant l’une des rares alternatives ne dispense pas les institutions financières de l’obligation de passer aux formats de données XML conformes à la norme ISO 20022. Dans le même temps, il est recommandé aux institutions financières d’examiner attentivement et de vérifier les changements provoqués par la TMP dans les paiements internationaux. Un peu de temps a été gagné dans la feuille de route vers la norme ISO 20022 en raison du report de la mise en service, il faut en profiter maintenant !

Auteurs : Sabine Aigner, Thomas Ambühler

0 commentaires:

Publier un commentaire