Franc succès pour l’événement EBICS à Luxembourg

Le standard EBICS poursuit sa progression en Europe. C’est donc avec beaucoup d’intérêt que les experts dans le domaine des échanges de paiements et en informatique des banques luxembourgeoises se sont rencontrés le 28 janvier 2015 pour en savoir plus sur EBICS. Intitulé «EBICS – A New Communication Protocol for Payment Activities», l’événement était organisé par l’Association des Banques et Banquiers, Luxembourg (ABBL).


Axée sur l’intérêt potentiel d’EBICS pour le Luxembourg, la conférence a vu se succéder les intervenants et thèmes suivants.
  • Allocution de bienvenue, Serge Wagener, Banque et Caisse d’Epargne de l’Etat
  • EBICS at a Glance – Security, Use and Implementations, Hermann Fürstenau, PPI AG
  • EBICS – a chance to harmonise customer-to-bank communication standards for electronic banking in Europe, Axel Weiß, EBICS Chairman
  • EBICS Strategy of Deutsche Bank, Thomas Stosberg, Deutsche Bank
  • STEP2 and EBICS, Katja Heyder, EBA Clearing
Les intervenants ont entrepris de décrire EBICS du point de vue de la communication client-banque et des échanges interbancaires, en mettant notamment l’accent sur la sécurité des échanges de données via Internet. La signature électronique distribuée ainsi que les différences existant entre les versions française et allemande d’EBICS figuraient également au nombre des thèmes pertinents pour les experts luxembourgeois.

L’accès STEP2 à la plateforme pour les échanges de paiements via EBICS constituait un autre point particulièrement intéressant pour la communauté des banques du Grand-Duché, car celui-ci permet de réduire les coûts et de renforcer la fiabilité en fournissant un système de « secours ». Les différents scénarios de mise en œuvre de STEP2 et EBICS doivent être établis spécifiquement pour chaque banque. Cela dit, si un système de secours devait être exigé dans le cadre de mesures réglementaires – ce qui semble tout à fait possible à l’heure actuelle –, EBICS constitue la meilleure solution.

Certaines banques opèrent d’ores et déjà avec deux infrastructures différentes pour des raisons de sécurité, à savoir SWIFT et EBICS. De par la complémentarité topologique de leurs réseaux, EBICS et SWIFT se substituent idéalement l’un à l’autre en cas de défaillance. Bien souvent, les coûts sont également un facteur décisif pour l’utilisation d’EBICS.

Autre argument de taille pour les banques luxembourgeoises: le standard EBICS est une création commune de l’Allemagne et de la France. En outre, son développement et sa diffusion sont assurés par la société EBICS, entité particulièrement flexible basée à Bruxelles. La Suisse est en passe de rejoindre la société EBICS et le Luxembourg pourrait suivre, devenant ainsi le quatrième membre de cette organisation.

L’idée d’un «Global EBICS» revêt une importance stratégique pour certaines banques, comme l’ont montré sans ambiguïté les débats à Luxembourg. «Global EBICS» – ou GBICS – s’appuie sur un format ISO 20022 conforme à CGI (Common Global Implementation). CGI fait ici office de standard de format unique et GBICS de format de transport uniforme partout dans le monde. Autre question qui a suscité l’intérêt des participants à l’événement: existe-t-il un standard comparable à EBICS à l’échelle internationale, par exemple en Asie ou en Amérique? La réponse à cette question est clairement non. Lorsqu’ils existent, les standards concurrents ont une portée purement nationale et sont généralement très anciens. L’outil technique et bancaire que constitue EBICS est sans nul doute excellent. À ce titre, EBICS – ou plutôt GBICS – possède un réel potentiel pour s’imposer en tant que standard mondial.

Michael Lembcke
Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire