SEPA 2.0 bat son plein – la migration vers les nouvelles spécifications de format commence !

Depuis novembre 2021, de nouvelles spécifications de format de la Deutschen Kreditwirtschaft sont en vigueur. Jusqu’à présent, les changements n’ont pas eu d’impact important sur les institutions financières et leurs clients. Cependant, en novembre 2023, cela changera brusquement !

Les formats SEPA pour les virements et les prélèvements changent en profondeur et tous les prestataires de services de traitement des paiements ainsi que leurs clients finaux doivent se préparer aux changements imminents et s’y préparer.

Du fait que SEPA 2.0 affectera effectivement tous les composants et tous les systèmes, gérer en amont le sujet et toutes ses interdépendances est d’une grande importance pour un procédé sans heurt et un traitement ultérieur ininterrompu des paiements.

En juin de cette année, l’EPC a publié des directives d’implémentation qui, outre les spécifications correspondantes, fournissent des informations supplémentaires sur les modifications à venir. L’utilisation de données d’adresses structurées est un thème essentiel des adaptations futures. Jusqu’à présent, les adresses pouvaient être soumises et traitées de manière non structurée en indiquant le nom et l’adresse, mais avec SEPA 2.0, les adresses doivent être indiquées de manière structurée. Il y aura dorénavant des champs spécifiques pour le nom, la rue et le numéro, le code postal et le code ISO du pays. Outre l’utilisation de données d’adresses structurées, les adaptations de certains champs, comme l’identifiant de batch booking, ont des conséquences importantes. Le nouveau paramètre par défaut true de l’identifiant de batch booking permettra à l’avenir d’effectuer une écriture collective. Ce n’est que s’il existe un accord correspondant avec le client pour les écritures unitaires que chaque transaction sera représentée individuellement sur le relevé de compte du payeur (donneur d’ordre) en cas de valeur false.

Les changements à venir n’ont donc pas uniquement des répercussions sur le fichier de paiement et les systèmes de paiement en tant que tels, mais affectent également les systèmes périphériques, tels que les systèmes de données de base. De nombreuses institutions financières utilisant des solutions de conversion ou d’anciennes versions du format SEPA peuvent désormais revoir leurs systèmes dans leur ensemble dans le cadre d’un projet et assurer un traitement ultérieur des paiements sans faille. Selon cette procédure, il est recommandé de recourir à des tableaux de correspondance qui rendent les analyses, évaluations et recommandations de mise en œuvre plus aisées et plus ciblées. Il est ainsi possible d’établir des règles et des mécanismes propres à chaque institution.

La consolidation TARGET2/T2S a déjà montré que la migration du format MT vers le format MX ne doit pas être sous-estimée et que les projets correspondants prennent plus de temps que de nombreuses institutions ne l’avaient pensé. Un report de calendrier par le Conseil de la BCE a été avantageux pour de nombreuses institutions financières. Un report et de nouveaux scénarios de transition allant au-delà des scénarios des directives d’implémentation ne doivent toutefois pas être présupposés lors de la migration vers SEPA 2.0. Les institutions qui ne privilégient pas un démarrage précoce s’exposent à un risque énorme.

Auteur : Rebecca Stannull

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire