Les paiements par carte au temps de la pandémie

« La marée soulève tous les bateaux, même ceux qui ont des trous dans la coque » affirme-t-on sur la place boursière allemande.
Dans notre contexte, il ne s’agit pas d’une catastrophe, mais d’effets exogènes positifs sur les transactions financières et une industrie entière.
 
La dernière année et demie de la pandémie mondiale a été exactement cela pour les transactions financières par carte – une marée haute soulevant presque toutes les parties. Le nombre des transactions par carte a explosé. Pour le secteur de la distribution alimentaire, certains parlent même d’une valeur comparable à celle de quatre Noël. La girocard, la carte préférée des Allemands en a notamment profité. Le nombre de transactions a augmenté de 4,7 % au premier semestre 2021 par rapport à la même période de l’année précédente, tandis que le chiffre d’affaires total a augmenté de 2 %. La girocard a donc été utilisée nettement plus souvent, alors que la taille des paniers d’achat n’a pas changé de manière significative. (1)

L’évolution est similaire quant à l’utilisation croissante des paiements sans contact. Tandis que les schèmes des cartes et leurs émetteurs ont passé des années à investir des fonds importants pour promouvoir l’utilisation de la fonction NFC des cartes et pour diminuer les inhibitions côté client, la pandémie a fait monter la popularité vers une « nouvelle normalité » en un clin d’œil. Au premier semestre 2021, 64 % de toutes les transactions par girocard étaient déjà sans contact.1 Les clients ont finalement compris cette fonction existante de longue date et en ont fait une quasi-norme – aucune campagne publicitaire n’aurait pu y parvenir en si peu de temps.

Cette énorme augmentation des transactions par girocard est intéressante à observer dans la mesure où de plus en plus d’institutions financières remettent en question l’ancienne stratégie de co-badgeage (c’est-à-dire la girocard en combinaison avec V Pay/Maestro) et transfèrent des portefeuilles entiers vers les solutions de débit natives des principaux schèmes de cartes (Mastercard/Visa Debit) dans certains cas. Ce changement sur le marché allemand des cartes se poursuivra dans les prochaines années et mettra en question la domination de la girocard en Allemagne à l’avenir. Dans ce contexte, il sera également intéressant d’observer dans quelle mesure le marché de l’acquisition en Allemagne – jusqu’à présent dominé par les principaux opérateurs de réseau – se développera.

Une démarche importante dans ce contexte est une initiative européenne de paiement qui est actuellement promue en Allemagne. EPI (European Payments Initiative) a pour objectif de fournir une solution de carte paneuropéenne qui permettra d’effectuer des paiements dans le commerce stationnaire et le commerce électronique au sein du marché intérieur européen, indépendamment des schèmes internationaux. Selon l’objectif actuel, les systèmes de cartes nationaux existants doivent être interconnectés et idéalement déployés dans tous les pays européens. EPI se concentre sur les paiements instantanés en tant que nouvelle norme européenne et souhaite offrir un portefeuille mobile en plus de la solution par carte. Cependant s’il quitte l’Europe à l’avenir, le payeur sera à nouveau dépendant des marques mondiales.

Dans le commerce électronique, la situation est comparable : en Allemagne, les solutions de paiement récemment fusionnées paydirekt et giropay ainsi que Kwitt et girocard ont été regroupées sous l’égide de « #DK Initiative » afin de se positionner avec une solution de paiement puissante. Les défis à relever sont similaires à ceux de EPI et le succès n’est possible que si les différents intérêts de nombreuses parties peuvent être réunis.

Toutes ces initiatives et modifications des systèmes existants sont constamment remises en question par de nouvelles FinTechs qui occupent des niches importantes dans les transactions financières. Dans ce contexte, les sujets socialement pertinents, tels que le « true name » sur les cartes de crédit, sont également mis en œuvre rapidement et de manière efficace sur le plan promotionnel.

En résumé on peut dire que la pandémie s’est jusqu’à présent révélée comme un accélérateur de nombreux développements existants dans le domaine des paiements par carte et a déclenché des changements qui influenceront le secteur pendant les prochaines années. Il reste maintenant à voir si les effets spéciaux de la pandémie donneront lieu à une stabilisation vers une « nouvelle normalité » ou si l’évolution rapide se poursuivra et entraînera des changements fondamentaux sur le marché.

Auteurs :
Sebastian Litschke
Jonathan Kutkuhn 


(1) Chiffres semestriels 2021 de girocard : https://www.girocard.eu/presse-mediathek/pressemitteilungen/2021/girocard-halbjahreszahlen-2021/

Plus de confort pour les clients EBICS

Lorsqu’il s’agit d’augmenter le confort des entreprises clientes utilisant le protocole EBICS, il faut surmonter quelques obstacles. Le premier défi est la configuration des paramètres de communication pour connecter le serveur bancaire EBICS souhaité, le deuxième est l’échange compliqué des clés EBICS par lettre INI et la validation des clés bancaires.

Si, en tant que fabricant de produits clients, nous pouvions obtenir l’aide de la part de la société EBICS pour la première tâche, à savoir la configuration des paramètres de communication, nous serions rapidement en mesure de réaliser la deuxième tâche, le processus d’échange des clés, très confortable pour les utilisateurs du protocole EBICS.   

 Ce scénario pourrait être rapidement mis en œuvre si la société EBICS fournissait aux fabricants autorisés et enregistrés une liste de toutes les banques EBICS contenant leur accès technique et leur ID d’hôte, ainsi que la dernière clé bancaire connue sous forme de valeur de hachage. Les fabricants de produits clients pourraient alors intégrer les valeurs fournies dans leurs applications clients EBICS et simplifier considérablement la configuration de l’accès technique EBICS pour l’utilisateur. Les erreurs de saisie du côté de l’utilisateur entraînant de fastidieuses demandes d’assistance appartiendraient au passé et ce dernier aurait un obstacle de moins à surmonter lorsqu’il s’agit d’utiliser EBICS.

Les données fournies par la société EBICS permettraient également de simplifier la vérification des clés bancaires dans les produits clients. Cela réduirait au minimum le processus compliqué de la remise des clés EBICS et de la vérification des clés bancaires. Il est, en effet, concevable que les clients reçoivent une validation en quelques minutes et puissent commencer immédiatement la communication EBICS. L’effort pour activer l’accès EBICS serait alors comparable à celui de l’activation de la banque en ligne pour les clients privés.

Chère société EBICS, que diriez-vous d’une liste bancaire EBICS ? Comme celle mise à disposition depuis des années par DK sous une forme similaire pour les serveurs bancaires FinTS ?  

Auteur : Michael Schunk