L’impact du M2M : Communication entre machines sur les transactions financières

L’économie du M2M « Machine to Machine », Internet des objets connaît une croissance rapide. Toujours plus de machines et appareils sont interconnectés. D’ici 2025, 75 milliards d’appareils devraient être interconnectés dans le monde entier. Selon les analyses de BizIntellia, un prestataire IdO américain, les solutions autour l’IdO contribueront à hauteur d’environ 14,2 milliards de dollars au PIB mondial d’ici 2030.

À l’avenir, l’IdO occupera une place significative dans nos vies et dans nos sociétés. La question est de savoir quel impact aura l’IdO sur les paiements ?
Quels sont les potentiels nous réservent les paiements Machine à Machine (M2M) ?

Comment l’IdO et les paiements sont-ils connectés ? Les machines sont autorisées à transférer non seulement des identités et des informations, mais également des valeurs. Ils envoient des paiements à d’autres machines de manière autonome, sans avoir besoin de validation humaine. Toutefois, si ces transactions commerciales ne peuvent pas s’exécuter sans interruptions (par exemple, les machines doivent attendre une action manuelle telle qu’une confirmation de paiement), des périodes de blocage ou même des terminaisons anormales peuvent en résulter - les deux scénarios doivent être évités, afin d’exploiter pleinement le potentiel des paiements M2M.

Mais les paiements M2M ne sont pas uniquement des visions futures. Des solutions concrètes sont déjà en cours de développement, par exemple, dans l’industrie automobile. Certaines entreprises mettent déjà en place les écosystèmes nécessaires. L’idée est que les automobiles aient leurs propres portefeuilles avec de l’argent électronique et puissent ainsi payer les frais de carburant ou de péage sans intervention humaine.

Afin d’analyser l’impact des paiements M2M, nous avons mené une étude sur le thème « Machines payantes » qui traite notamment des questions suivantes :

  1. Quelles conditions préalables doivent être remplies pour permettre la mise en œuvre des paiements M2M ?
  2. Quels sont les défis de la mise en œuvre des paiements M2M ?
  3. Dans quelle mesure le nombre de transactions de paiement augmentera-t-il en raison des paiements M2M ?
  4. Quels moyens de paiement conviennent le mieux aux paiements M2M ?
  5. Quel impact les paiements M2M ont-ils sur les prestataires de services de paiement ?
  6. Comment les prestataires de services de paiement devraient-ils réagir aux paiements M2M ?

Pour que les paiements M2M deviennent une réalité, les machines participantes doivent d’abord recevoir leur identité propre de machine comportant des attributs individuels les distinguant des autres machines. Une identité de machine sécurisée ne peut être ni manipulée, ni falsifiée ou ni utilisée à mauvais escient. La machine reçoit une identité unique et sécurisée qu’elle peut utiliser pour s’authentifier au sein du réseau productif auprès d’autres machines, instances et participants.

Il y a un vide juridique en matière d’objets connectés. En effet des progrès doivent être faits sur le plan réglementaire. Il faut établir des règles de responsabilités claires pour les actions des systèmes autonomes et pour l’allocation des risques liés à l’utilisation des systèmes autonomes. Enfin et surtout, de nouveaux systèmes de responsabilité sont nécessaires qui tiennent compte des particularités des machines autonomes.

En termes de mise en œuvre pratique, nous avons identifié les domaines d’action suivants, dont la solution sera particulièrement difficile:

  1. Cartographie de l’identification des paiements automatiques
  2. Contrôles de conformité par rapport à une machine (KYO au lieu de KYC)
  3. Traitement des informations retournées (y compris les perturbations des processus)
  4. Prise en compte d’un reporting plus complexe et plus complet
  5. Sécurité accrue des machines et des interfaces
  6. Mise en œuvre cohérente de l’intégration numérique et des processus numériques

De nombreuses analyses suggèrent que le nombre de transactions augmentera considérablement avec les paiements M2M. Nous sommes d’accord avec cette évaluation et prévoyons également une augmentation significative. Compte tenu des effets de compensation, nous estimons que d’ici 2027, il y aura environ 12 milliards de transactions de paiement « Machine à Machine » supplémentaires en Allemagne et environ 50 milliards dans l’UE.


Tous les modes de paiement électronique courants ne sont pas adaptés aux paiements M2M. Nous pensons que la monnaie digitale (stable coins : indexées sur un actif réel, unbacked coins : non indexées sur des actifs réels et devises électroniques) et la monnaie électronique sont les plus adaptées aux paiements M2M.

Les méthodes de paiement établies ont généralement des frais de transaction plus ou moins élevés. Les solutions de crypto-monnaie et de monnaie électronique, en revanche, permettent des transactions peu coûteuses même pour les plus petits montants et les rendent attrayantes pour une utilisation dans l’IdO. Après tout, ils offrent la possibilité de régler économiquement même les petits paiements de services, pour un montant inférieur à un centime ; comme, par exemple, l’utilisation d’une ampoule dans une maison intelligente. Les solutions de monnaie électronique et de crypto-monnaie peuvent également être intégrées indépendamment des prestataires de services financiers traditionnels.

Reste à savoir comment les prestataires de services de paiement devraient se positionner à l’avenir. L’Internet des objets renforcera encore la tendance à la différenciation des fournisseurs spécialisés avec un modèle commercial basé sur les données et des fournisseurs d’infrastructure.

Les fournisseurs spécialisés peuvent utiliser l’augmentation du volume de données due à l’IdO à leur avantage dans la concurrence du marché et développer des opportunités commerciales. Par exemple, des services supplémentaires personnalisés avec précision peuvent être proposés aux clients sur la base de données d’utilisation détaillées. Cela dépend de la capacité des prestataires de services de paiement à se placer « au-dessus » des machines ou au moins à agir comme des agrégateurs de données qui compilent les données d’utilisation pertinentes en chiffres et les transfèrent.

En ce qui concerne le positionnement en tant qu’agrégateur de données ou hub de données, les prestataires de services de paiement pourraient également assurer la confiance nécessaire entre les personnes, les entreprises et les machines participantes, et agir comme une sorte d’instance de compensation pour les identités numériques sécurisées et les données valides.

En résumé, cela signifie que les prestataires de services de paiement traditionnels doivent surmonter des défis considérables. Les exigences fonctionnelles et surtout techniques de l’infrastructure des prestataires de services de paiement entraîneront des changements massifs. Ils doivent répondre aux prérequis suivants : 

Disponibilité totalement ininterrompue, augmentant l’importance des modèles d’exploitation 24/7/365 et du traitement des transactions en temps réel
  • Les temps d’arrêt pour l’installation de nouvelles versions ne sont plus possibles.
  • Capacité à gérer des charges très élevées en raison de milliards de transactions supplémentaires
  • Possibilité de faire la distinction entre les paiements automatiques et non automatiques, car ils seront traités par des règles différentes
  • Possibilité de numérisation complète et d’intégration de la machine
  • Conformité future avec KYO pour les machines, qui n’est actuellement pas encore réglementé, en combinaison avec KYC, cartographie dans les systèmes correspondants et, en particulier, réglementation organisationnelle
  • Possibilité non seulement de déclencher des paiements, mais également de traiter les informations en retour du système et de traiter les perturbations en conséquence. Sur la base du retour d’expérience, les machines doivent pouvoir tirer les bonnes « conclusions » en temps réel et sélectionner des alternatives si nécessaire.
En outre, les prestataires de services de paiement doivent décider comment ils souhaitent se positionner et ajuster les structures de vente, car les écosystèmes de l’IdO deviendront de plus en plus importants.

Auteur: Michael Titsch
Réactions :

0 commentaires:

Publier un commentaire